Sélectionner une page

Michel Tabachnik

Livres

Compositeur et chef d’orchestre reconnu, Michel Tabachnik a dirigé les orchestres les plus prestigieux. En plus d’être l’interprète émérite du grand répertoire classique et romantique, il fut aussi un ardent défenseur de la musique actuelle.

Parallèlement à sa carrière musicale il est également écrivain. Il a publié plusieurs essais sur la musique chez Buchet-Chastel.

Plus récemment, il s’est lancé dans l’écriture de romans, des récits d’aventures, des trajectoires de vies, des thrillers, autant de textes personnels, sensibles, surprenants.

Voir aussi le site musical de Michel Tabachnik

Le ferronnier de Charleroi

Le génie ne s’ordonne pas. Ses créations étaient fabriquées et non inspirées. Les acheteurs le lâchèrent. Plus de commande. Le départ de Laurence additionné à cette désillusion corroda son caractère. Il devint insupportable, envoyait paître les gens, et, excédé, alla donc jusqu’à tuer un client, le plus calmement du monde, sans repentance aucune. On lui en avait assez fait. Répliquer à cette vacherie de destinée n’était que justice.

Roman, 2020, 212 pages

Version numérique : 9,99 € Version papier : 15,00 € + frais de port À commander par courriel chez l’éditeur : otago[at]otagogroup.com

Lire un extrait
Acheter le livre numérique

L’enlèvement au Sinaï

Insupportable, cette impression de se sentir emporté dans un dédale d’événements infernaux. Ici, je vois moins le bout du tunnel qu’au Centre où j’avais espoir de retrouver Suzanne, mon métier, Paris. L’espoir est évacué désormais. Envisager de vivre des années dans ces murs voués à une piété qui me révulse m’est insupportable. J’ai déjà souhaité en finir. Maintenant, c’est décidé. Demain je sortirai. Je m’enfuirai dans le désert. Je sais ce qui m’en coûtera. Je n’ai pas le choix.

Roman, 2019, 336 pages

Version numérique : 9,99 € Version papier : 18,00 € + frais de port À commander par courriel chez l’éditeur : otago[at]otagogroup.com

Lire un extrait
Acheter le livre numérique

Le libraire de Saint-Sulpice

2013. Quand Simon, libraire à Paris, revoit la photo de sa Bar Mitzvah, subitement, il revit tout son passé. Les souffrances resurgissent. Judith qu’il a aimée en Israël, sa famille emmenée à Birkenau, un fils qu’il n’a jamais vu… Simon ne se reconnaît plus dans le Peuple du Livre. Il désapprouve autant les orthodoxes Hassidim que les sionistes guerriers. Déchiré par « ces Juifs » qui manquent à leur « mandat » qui serait de « saupoudrer le monde de paix ! », Simon préfère rejoindre les fous à l’asile psychiatrique, car avec les dingues, pas moyen de penser de travers…

Roman, 2017, 326 pages

Version numérique : 9,99 € Version papier : 15,00 € + frais de port À commander par courriel chez l’éditeur : otago[at]otagogroup.com

Lire un extrait
Acheter le livre numérique

L’homme sauvage

1988, Marc joue au Casino, et comme chaque soir, il fait sauter la banque. Serrant au creux de ses mains mutilées une pochette noircie de clavicules alchimiques, il semble se jouer du hasard… Mais Marc ne s’est pas toujours appelé Marc. Son histoire est celle de Soren, jeune professeur de philosophie danois, matérialiste et terre-à-terre, désireux de marcher dans les pas d’un père disparu trop tôt. Jusqu’à ce qu’il découvre le mythique livre d’Ezekiel, œuvre légendaire, aux pouvoirs insoupçonnables, qui le marque du sceau de la disgrâce, de l’opprobre et de l’exil forcé Pour traverser cette brèche qui l’arrache à son existence, Soren devra devenir un homme nouveau, un homme sans attache. Un homme sauvage.

Roman, 2013, 352 pages

Lire un extrait
Acheter le livre numérique

Il était une fois un enfant

Il était une fois un enfant est le premier roman de Michel Tabachnik. D’inspiration autobiographique, ce texte nous plonge dans l’enfance du chef d’orchestre, entre Genève, où il habitait, et de nombreux séjour à Oleyres dans la Broye et à La Sage dans le Val D’hérens en Valais. On y découvre son goût pour la vie paysanne et la naissance de ses dons musicaux. En toute simplicité, le narrateur se penche sur son passé, mais puise aussi dans son imagination afin de donner relief et couleurs à son oeuvre romanesque. Recréer sa vie pour survivre, telle est ici la démarche de Michel Tabachnik.

Roman, 1999, Éditions de L’Aire

Lire un extrait
Acheter le livre numérique

Ma rhapsodie

Dans cette Rhapsodie “traversée par la passion de l’art et de la vie, il est bien sûr beaucoup question de musique : le compositeur et chef Michel Tabachnik livre des pages captivantes sur la répétition d’orchestre, et plus généralement sur le fonctionnement de cette « société idéale ». Il évoque les œuvres et les musiciens qui ont le plus compté pour lui : Xenakis, Boulez, Markevitch, Karajan… L’ouvrage donne à lire également des considérations philosophiques et esthétiques, qui éclairent d’un jour nouveau la démarche du musicien. Des souvenirs personnels, enfin, racontés avec l’intelligence et la sensibilité qui sont les siennes.

Confession intime, savante, tragique, émouvante, et souvent drôle, d’un Tabachnik humaniste qui nous offre un hymne à la vie et à son mystère, que pour lui seule la musique est capable d’exprimer.”

“Ce sont surtout les réflexions philosophiques, spirituelles et scientifiques, qui permettent d’appréhender les convictions qui animent l’interprète et le créateur  à travers des développements sur Jung, Nietzsche, la Kabbale. Autant de références philosophiques qui témoignent d’une grande curiosité et d’une vaste culture.”

Critique parue dans Diapason en septembre 2016

Ma Rhapsodie, 197 pages, Editions Buchet-Chastel, 2016

Lire un extrait
Acheter le livre

De la musique avant toute chose

Avec De la musique avant toute chose, Michel Tabachnik propose au lecteur son “concert idéal”. Il se compose d’œuvres de Richard Strauss, Béla Bartók, Igor Stravinsky, Xenakis et Boulez. Des deux derniers, il met en lumière le sens de leur recherche musicale.

La “lettre à Michel” que lui adresse Régis Debray, en guise de préface, nous place dans la position d’un “ignare de bonne volonté”. Elle ouvre un dialogue que Tabachnik ne demande qu’à partager. Elle contribue à faire de cet ouvrage une introduction vivante à la musique contemporaine.

De la musique avant toute chose, Buchet-Chastel, 508 pages, 2008

Allem voran die Musik, Rombach, trad : Michael Eriskat, 2012 – –

La critique du nouvel observateur

Une intelligence très vive, un indéniable talent pour le portrait journalistique. Ici un développement magistral sur l’apparition de la musique sérielle, là une analyse stricte de l’emploi du nombre d’or par Bartók. Et puis des lignes magnifiques sur Xenakis à la fin de sa vie. Ou bien une sorte d’ode à la précision de l’oreille de Boulez répétant son «Marteau sans maître». (J. Drillon, Le Nouvel Observateur, octobre 2008)

La critique du magazine Diapason

Avec De la musique avant toute chose, Michel Tabachnik propose au lecteur son “concert idéal”. Il se compose d’oeuvres de Richard Strauss, Béla Bartók, Igor Stravinsky, Xenakis et Boulez. Des deux derniers, il met en lumière le sens de leur recherche musicale.

La “lettre à Michel” que lui adresse Régis Debray, en guise de préface, nous place dans la position d’un “ignare de bonne volonté”. Elle ouvre un dialogue que Tabachnik ne demande qu’à partager. Elle contribue à faire de cet ouvrage une introduction vivante à la musique contemporaine.

De la musique avant toute chose,  508 pages, Editions Buchet-Chastel, 2008

Lire un extrait
Acheter le livre

Médium n°41 – Rythmes

Dans ce numéro de Médium consacré aux rythmes, Michel Tabachnik signe un article intitulé L’invention perpétuelle.

Le temps musique n’est pas borné par le temps physique. La preuve : chaque civilisation se forge ses propres rythmes.

La pensée occidentale, merci la Grèce, est encline à inféoder chaque geste du monde à un système, une catégorie, une loi. Et le temps se conforme parfaitement à cette pensée. Il se présente sous forme de cycles, périodes, séquences, et surtout de retours.

Médium n°41, octobre-décembre 2014

Médium n° 35, ruptures techniques et continuité culturelle

Dans le numéro 35 de Médium, ruptures techniques et continuité culturelle, Michel Tabachnik aborde la question d’un point de vue musicale.

Tant dans l’édition que dans la composition et l’exécution de la musique classique ou savante, l’informatique a apporté de considérables facilités et améliorations. Mais, outre que la technologie n’est pas responsable d’une certaine déserttion du public, on ne peut y voir qu’un moyen de plus offert à l’imagination créatrice.

Médium n° 35, avril-mai-juin 2013


Médium n° 9, ruptures techniques et continuité culturelle

À quoi sert un chef d’orchestre ? est le titre de l’article de Michel Tabachnik de ce numéro 9 de la revue Médium.

Juché sur un podium depuis le XIXe siècle, ce personnage vedette de la scène musicale est l’un de ceux qui incarnent le mieux la fonction médiatrice.

L’extrême visibilité qu’il doit à sa médiatisation occulte ce que ce rôle a d’étrange. En quoi consiste au juste son travail ? Et pourquoi est-il indispensable ? Questions toutes pratiques que nous avons naïvement posées à un homme du métier.

Médium n° 9, octobre-novembre-décembre 2006


Michel Tabachnik

Chef d’orchestre et compositeur

tabachnik.org

Michel Tabachnik sur Amazon

Contact

office[at]tabachnik.org